Skip to main content
RTL Longueuil on Facebook RTL_info on Twitter Linkedin YouTube
Mon itinéraire À l'arrêt
Monday August 18, 2008

LE SLR SUR LE NOUVEAU PONT CHAMPLAIN - C’EST UNE NÉCESSITÉ, PAS UNE OPTION

Longueuil, le 18 août 2008 - Réagissant ce matin à une information à l’effet que le gouvernement fédéral travaille actuellement sur le remplacement de l’actuel pont Champlain, Mme Johane F.-Deshaies, présidente du Réseau de transport de Longueuil (RTL) déclare«que la construction du nouveau pont doit obligatoirement prévoir l’aménagement d’un site propre pour l’implantation d’un système léger sur rail (SLR)»

«Nous savons que le gouvernement du Québec appuie le projet d’implantation du SLR dans l’axe du pont Champlain. Mme Julie Boulet, ministre des Transports du Québec, a déjà fait connaître la position de son gouvernement dans ce dossier à son homologue fédéral, M. Lawrence Cannon qui a été auparavant président de l’Association du transport urbain du Québec (ATUQ) et président de la Société de transport de l’Outaouais» rappelle Mme F.-Deshaies.
 
«Nous l’avons toujours dit, ajoute Mme F.-Deshaies, l’implantation du SLR peut être réalisée de deux façons: soit en construisant un pont dédié au SLR qui traverserait la voie maritime pour se relier à l’actuelle estacade, ou dans l’éventualité d’une reconstruction du pont Champlain, par l’ajout de voies ferrées, sur ce pont, au seul bénéfice du transport collectif. Dans ce dernier cas, il y aurait une réduction substantielle des coûts d’immobilisations puisque le pont dédié au SLR ne serait plus requis.
 
«Je déplore toutefois que, selon l’annonce de ce matin, le ministre Cannon se donne un horizon de 10 à 15 ans. Nous savons que l’actuel terminus du Centre-ville déborde et la situation n’ira qu’en empirant au cours des prochaines années. Seulement au RTL, on enregistre, au 30 juin de cette année, une augmentation d’achalandage de près de 4% par rapport à l’année dernière, conclut Mme F.-Deshaies.
 
Rappelons qu’une étudie rendue publique en février 2007 par l’Agence métropolitaine de transport (AMT) au coût de 12 M$ confirmait la faisabilité et la nécessité de ce projet.

Bookmark and Share